Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Retour À L'accueil

  • : JARDIN Paysagiste Conception Création Entretien Élagage Bassin Clôtures Dallages Eure Eure-Loir Yvelines Saint-André-Eure
  • JARDIN Paysagiste Conception Création Entretien Élagage Bassin Clôtures Dallages Eure Eure-Loir Yvelines Saint-André-Eure
  • : Artisan paysagiste, Victor RIBEIRO, gérant de la SARL ACCES JARDINS, vous guide dans le projet de conception de votre espace vert par plans personnalisés, le réalise (configuration du terrain, plantations végétaux -massifs, arbres, arbustes, fleurs - allées - pavage, gravillons, dallages -, clôtures, murets, décoration extérieure), entretient votre jardin (tontes pelouses, élagage, taille, désherbage, bêchage) possibilité de contrats à l’année. Eure Eure-et Loir Yvelines.
  • Contact

Accès Jardins


9, route de la Croix-Blanche

27220 Serez
Tel bureau : 02 32 37 26 81
Tel portable : 06 28 05 06 68
Nous écrire
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 16:31

 

Dans ce jardin, l’allée carrossable pavée,
située parallèlement à la façade de la maison,
se présente à angle droit par rapport à l’entrée des véhicules.
Quand il entrait sa voiture, le client était obligé d’effectuer un virage plus large que cette allée ; les pneus « mordaient » sur la pelouse…

Nous avons donc élargi cette allée de manière
à ce que la pelouse ne souffre plus
de cette manœuvre et que l’esthétique du jardin soit préservée.



Première opération, la « fouille », à savoir le creusement nécessaire à mettre en place le « fond de forme ».

Celui-ci est constitué d’une couche épaisse de grave calcaire
que nous avons fortement compactée,
puis d’une couche de grave.


Nous avons ensuite posé les pavés « de rue » en granit sur cette dernière couche. Des coups de maillet les ont placés au même niveau
que les pavés existants, compactant ainsi la dernière couche de grave
et assurant la stabilité des nouveaux pavés.








Un solide joint de ciment a été apposé entre chaque pavé.






La surface entière de l’allée a été nettoyée afin que disparaisse toute trace de laitance du ciment.

Un raccord gazon a été fait alentour
 de cette réalisation.







Une fois le gazon poussé, rien ne laisse apparaître l’opération.



 

Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Allées - escaliers et terrasses
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 16:00

 

 

Ces thuyas plantés depuis 30 ans forment une haie
de 46 mètres linéaires.

Nous avons rabattu leur hauteur de 4 mètres à 2,50 mètres et taillé les côtés.





Au taille-haie thermique,
nous avons en premier taillé les côtés,
de manière à ce que les bois nus de l’intérieur n’apparaissent pas.




La taille se fait en dessous
des anciennes coupes
dont on voit ici la trace.
Le sécateur de force est utilisé.









Cette photo donne l’idée de l’épaisseur de cette haie :
4 mètres !




La petite tronçonneuse d’élagage entre en action pour couper les troncs des thuyas.






Victor Ribeiro a les pieds posés sur les troncs…
à l’exact milieu de l’épaisseur de la haie.






Branches et troncs
sont énormes.






Plus de 40 heures de travail sous un soleil de plomb.

Six camion-bennes pleins
ont été évacués,
soit quelque 36 m3.

 

Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Abattage - Elagage - Tailles
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 12:32

Le principe « confiturier »

 

Avant de vous livrer une à une des recettes de confitures et gelées, principalement à base de fleurs, je me dois de vous énoncer les principes de base résidant à la fabrication des confitures.

Pourquoi des confitures ?

 

C’est le moyen que nos ancêtres avaient trouvé, bien avant le Moyen Âge, avant le réfrigérateur et le congélateur, à cette époque où l'on ne connaissait ni TGV, ni micro-ondes, pour conserver les fruits.

On la fabriquait pour ne pas que les fruits se perdent, on la mangeait l'hiver en dessert. Et on lui donnait donc toutes les chances de se conserver, à cette époque où l'on savait la valeur exacte des fruits de la nature.

 

Et comment conservait-on ces fruits ?

Deux principes simples et incontournables de conservation :

- le sucre est un conservateur ;

- l’eau ne permet pas la conservation.

 

L’idée est donc d’ôter l’eau des fruits en les cuisant avec du sucre.

Et là réside souvent la difficulté des débutants : ôter l’eau : comment ?

 

En faisant évaporer le fruit.

 

Pourquoi une bassine à confitures ?

La bassine à confitures n’est pas un objet folklorique, loin s’en faut…

Elle a été inventée pour offrir la plus grande surface d’évaporation possible.

Le cuivre est le conducteur idéal de chaleur, mais des bassines inox font l'affaire, moins chères évidemment, à condition de bien surveiller la cuisson.

 

Dans la bassine de droite,
je cuis 2 litres  son cuivre est moins épais que celle de gauche.

Dans celle de gauche, le cuivre en outre est martelé et la confiture y colle moins ;
de plus, ses bords évasés,
comparés aux bords droits de la plus petite font que si la confiture monte,
elle monte moins vite ;
je cuis 3 litres dans celle-là.





Ne jamais remplir pour cuire,
ne pas dépasser le tiers de la hauteur,
car des fois ça monte et quand ça déborde, bonjour le nettoyage!

 







 

Certaines personnes font leur confiture dans un wok: si la quantité n'est pas très importante, voilà du moins un ustensile qui offre une bonne surface d'évaporation ; attention pourtant au matériau du wok, que la confiture ne colle pas.

Si on a une petite quantité à cuire (attention, moins il y en a, plus ça cuit vite !) certains poêlons en fonte émaillée
peuvent faire l’affaire,
car la fonte conduit assez bien la chaleur
et ses proportions largeur/hauteur conviennent à l'évaporation
de l'eau des fruits en cuisson.

Ces proportions sont importantes. Ma petite bassine de cuivre fait 28 cm de diamètre et 10 de hauteur ; je ne la remplis pas à plus de 5 cm au départ cuisson. Une casserole de 20 cm de large, il ne faudrait pas la remplir, en début de cuisson, à plus de 3,5 cm (ou à peu près...) pour que la proportion idéale à l'évaporation soit respectée...

La cuisson

 

Deuxième point, la cuisson doit être menée à feu vif : cela permet l'évaporation rapide de l'eau tout en gardant le goût subtil du fruit.

Donc, sauf recette explicite, exit le « petit bouillonnement ».

Et croyez mon expérience, ne jamais se fier aux temps de cuisson donnés sur les recettes ! Se fier à son observation, quitte à rater ses premières confitures !

Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Confitures
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 12:30
Les fruits de base pour les confitures ou gelées de fleurs

C’est le moment de vous préparer à faire des confitures ou gelées de fleurs, soit pour cette saison, soit pour la saison prochaine.

 

Car contrairement aux fruits, les fleurs, quelles qu’elles soient, ne pourront pas devenir confitures uniquement en les cuisant avec du sucre.

 

Pourquoi ?

 

Il leur manque un élément essentiel, la pectine !

 

Quelle que soit la date à laquelle vous déciderez de faire vos gelées ou confitures de fleurs (en ce moment, les roses, le chèvrefeuille, la lavande, par exemple), il vous faut une base de jus d’un fruit contenant de la pectine.

 

Votre choix se fera d’une part quant à la relative “neutralité » du goût, c’est pourquoi la pomme est la reine du genre (c’est sa pectine qui est utilisée par les fabricants de pectine du commerce). On peut aussi choisir la framboise ou la groseille pour donner une jolie couleur à la gelée de roses (dans ce cas je préconise moitié jus du fruit rouge, moitié jus de pomme), ou bien le coing.

Et les premières pommes arrivent dans vergers et jardins ! Les mûres arrivent aussi, et si vos framboisiers sont remontants, ils vont encore vous offrir leurs baies.

 

Attention, je parle de jus, mais il n’est pas question de « jus de fruit ». Car la pectine se retrouve principalement dans la peau et les pépins.

 

Il existe deux méthodes pour extraire des fruits le jus (c’est la méthode pour faire de la gelée de ces mêmes fruits) :

- L'extracteur à vapeur

- La cuisson classique à l’eau. Pour cette dernière, il vous suffit de mettre vos fruits (coupés en morceaux pour ce qui est des pommes et des coings) dans un récipient, puis de les couvrir à peine d’eau. Vous faites bouillir le tout jusqu’à ce que les fruits soient bien ramollis.

Même méthode pour le « blanc » des agrumes compris entre la peau et la pulpe.

 

Ensuite, vous préparez au-dessus d’un grand saladier une grande passoire, doublée d’un fond de collant neuf (la fameuse « mousseline » préconisée ici et là…) et vous versez vos fruits et l’eau de cuisson.

Vous pouvez presser le tout, mais si vous voulez que votre gelée soit limpide (résultat obtenu avec l'extracteur à vapeur), je vous conseille de laisser ce jus s’égoutter très lentement, au moins 24 heures.

Vers la fin, le jus sera épais, voire visqueux : point d’inquiétude, la pectine est là.

 

Ce jus, vous pouvez l’utiliser de suite pour faire une gelée des fleurs qui sont en ce moment dans votre jardin.

Vous pouvez aussi, pour vos gelées futures, ou vos confitures risquant de manquer de pectine, congeler ce jus. Quand il est refroidi, vous le congelez par quantités de un litre (un sac congélation sur lequel vous aurez inscrit le nom du fruit, posé dans un récipient plastique de même gabarit ; vous mettez le tout au congélateur et « démoulez » le sac le lendemain et le refermez avec un bolduc).

Il n’y aura plus qu’à se servir !


Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Confitures
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 12:25
L'extracteur à vapeur



L'extracteur à vapeur se présente comme un couscoussier
qui a trois compartiments.

 



Au rez-de-chaussée, on y met de l'eau

- le 1er étage comporte au centre une cheminée par laquelle passera la vapeur issue de l'eau bouillant en dessous. Au départ de la cuisson, on n'y met rien.

- Le 2e étage comporte des trous qui laisseront passer le jus des fruits qu'on y a mis.

- Puis le couvercle.


Mode d'emploi : remplir le rez-de-chaussée d'eau, poser le 1er étage, bien fermer le petit tuyau de vidange en le pliant en deux et en le serrant avec la pince mise verticalement. Remplir de fruits le 2e étage et le poser, puis mettre le couvercle et allumer le feu.

À bien surveiller, le niveau de jus qui tombe au 1er étage pour ne pas que ça déborde, et le niveau d'eau en bas pour ne pas que ça chauffe à blanc. On sort à peu près 2 litres du 1er étage quand c'est plein. On peut vider le 1er étage, remettre de l’eau en bas et rallumer, en fait tant que ça rend du jus coloré (on peut tasser un peu en haut au besoin), et faire « suer » plusieurs fois la même fournée.

On ne se salit plus les mains à presser la pulpe dans un chiffon, et ça en rend tellement qu’on peut se permettre le luxe de jeter la pulpe encore un peu humide ! Dans le compost, bien sûr…


Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Confitures
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 15:06

La fête a battu son plein à la Manufacture-musée du Peigne et de la parure
d’Ézy-sur-Eure ces samedi 27 et dimanche 28 septembre 2008.

Les deuxièmes Floralies organisées par le musée,
cette année encore sous le signe de l’été indien,
étaient jumelées avec la célébration du vingtième anniversaire du musée.


Côté Floralies, nous exposions ainsi qu’un confrère paysagiste, de nombreux fleuristes proposant des compositions originales, et de producteurs de plantes.



Victor RIBEIRO a mis en place une terrasse de caillebotis en teck, ponctuée de carrés de graviers blancs ou rouges et de petits galets blancs.



Posées sur ces éléments minéraux dans leurs pots, des plantes telles que Callistemon laenis (dit cure-bouteille), et des graminées comme miscanthus sinensis ‘Malepartus’,





miscanthus sinensis ‘China, pennisetum Hameln, panicum virgatum Warrior,



panicum virgatum Heiliger nain, festuca glauca.


Les plantes et les éléments de décoration nous ont été gracieusement prêtés par la jardinerie Les Jardins de Pacy, que nous remercions.




Les visiteurs ont posé leurs pieds sur cette terrasse, soit pour monter voir les collections du musée, auxquelles étaient adjoints des masques vénitiens de toute beauté, soit pour entrer dans la salle de projection.




Là, sur grand écran, l’on pouvait voir le présent blog et y naviguer.




Le musée a voulu fêter ses 20 ans sous le signe du carnaval de Venise.

C’est pourquoi les employés de la ville d’Ézy-sur-Eure ont mis en place un immense bassin entouré d’un gazon plaqué, habité de 70 poissons, alimenté d’une cascade double et agrémenté de plantes et de statues romaines.



Le samedi après-midi, une foule compacte est venue admirer les personnages costumés.

De jeunes ézéennes en jolies marquises,




mais aussi et surtout les membres passionnés de l’association Paris carnaval arsenal, aux costumes époustouflants, dont leur présidente Michelle Santi nous a confié que chacun de ces costumes nécessitait en moyenne 200 heures de travail pour 10 personnes…

 

Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Actualité - Evénements
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 12:05

Les manifestations d'automne en vallée d'Eure débuteront le week-end prochain à la Manufacture-Musée du Peigne et de la Parure d’Ézy-sur-Eure.  

Une lecture promenade autour des masques vénitiens vous y sera proposée le vendredi 19 septembre à 17 h 30, et le thème des masques vénitiens continuera les 20 et 21 septembre, ainsi que pendant les Floralies des 27 et 28 septembre.

 

Le 27 septembre, de 15 à 18 heures, des costumés vénitiens circuleront au centre des Floralies.

 

Puis le 1er octobre à 17 h 30, conférence sur l'origine et le rôle du Musée en vallée d'Eure au nouvel espace culturel à coté de la salle des fêtes.

 

Les 4 et 5 octobre, Créations au musée

- Une commande du musée chez un ivoirier (Peigne de prestige)

- Créations en fantaisie

<!--[endif]-->- Présentation des acquisitions du Musée

 

L’accès sera libre et gratuit dans l'espace musée avec une participation de 2 € pour les salles d'exposition des peignes de parure.

Repost 0
Published by Acces Jardins - dans Actualité - Evénements
commenter cet article
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 12:15

Mangez des fleurs!

Les fleurs comestibles de A à B

Les fleurs comestibles de C à F

Les fleurs comestibles de G à L

Les fleurs comestibles de M à Re

Les fleurs comestibles de Ro à Y

Les fleurs toxiques de B à D

Les fleurs toxiques de E à T


NE PAS MANGER!

 

 

En général, ne vous fiez ni à l'odeur ni au goût et n'utilisez que des espèces dont la comestibilité a été bien établie. Comme dans le cas des champignons, certaines font le délice des gastronomes, d'autres peuvent causer la mort ou de graves problèmes de santé. En cas de doute, il est préférable de s'abstenir.

Toutes les toxiques ne figurent pas dans cette liste : seules les plus courantes y sont.

ACONIT NAPEL (CASQUE DE JUPITER)

Aconitum napellus Les aconits SONT TRES TOXIQUES

 

 

ACONIT PANICULÉ

Aconitum variegatum ssp paniculatum

 

 

ACONIT TUE-LOUP

Aconitum vulparia

 

 

ADONIS D'ÉTÉ

Adonis aestivalia

 

 

 

ADONIS DU PRINTEMPS

Adonis vernalis

 

 

ANCOLIE COMMUNE

Aquilegia vulgaris

 

 

ANÉMONE DU MONT BALDO

Anémone baldensis

 

 

ANÉMONE PULSATILLE

Pulsatilla vulgaris

 

 

ARISTOLOCHE PISTOLOCHE

Aristolochia pistolochia

 

 

ARNICA

Arnica montana

 

 

ARUM TACHETÉ

Arum maculatum

 

 

ASPERGE FLEUR

Asparagus acutifolius

Ne pas confondre fleur et légume

 

AUBERGINE FLEURS

 

Ne pas confondre fleur et légume

 

 

 

Mangez des fleurs!

Les fleurs comestibles de A à B

Les fleurs comestibles de C à F

Les fleurs comestibles de G à L

Les fleurs comestibles de M à Re

Les fleurs comestibles de Ro à Y

Les fleurs toxiques de B à D

Les fleurs toxiques de E à T

Repost 0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 12:00

 

Mangez des fleurs!

Les fleurs comestibles de A à B

Les fleurs comestibles de C à F

Les fleurs comestibles de G à L

Les fleurs comestibles de M à Re

Les fleurs comestibles de Ro à Y

Les fleurs toxiques de A à A

Les fleurs toxiques de E à T

 

BELLADONE

Atropa belladona

TRES TOXIQUE

 

BOUTON D'OR

Ranunculus sceleratus

 

 

BRYONE (NAVET DU DIABLE)

Bryonia dioica

TRES TOXIQUE

 

CAMÉRISIER À BALAI

Lonicera xylosteum

 

 

 

CHÉLIDOINE (herbe aux verrues)

Chelidonium majus

 

 

CHÈVREFEUILLE DES HAIES

Lonicera

Les baies du chèvrefeuille de nos campagnes sont toxiques, les fleurs sont comestibles

 

CHÈVREFEUILLE ETRUSQUE

Lonicera etrusca

baies

 

CLÉMATITE

Clematis

 

 

COLCHIQUE

Colchicum autumnale

TRES TOXIQUE

 

CORYDALE SOLIDE

Corydalis solida et autres corydales

 

CYCLAMEN

Cyclamen europaeum

 

 

CYTISE À FEUILLES SESSILES

Cytisophyllum sessifolium

 

 

CYTISE AUBOUR

Laburnum anagyroides

 

 

CYTISE DE SAUZE

Cytisus sauzeanus

 

 

DAME D'ONZE-HEURE

Ornithogalum umbellatum

L'expression a donné naissance au bouillon du même nom.

 

DAPHNÉ CAMÉLÉ

Daphné cneorum

 

 

DAPHNÉ JOLI BOIS

Daphné mezereum

 

 

DATURA

Datura stramonium

TRES TOXIQUE

 

DAUPHINELLE (pied d'alouette)

Consolida regalis

 

 

DIGITALE À DEUX TÊTES

 

Cette curiosité est... doublement toxique !

 

DIGITALE À GRANDES FLEURS

Digitalis grandiflora

 

 

DIGITALE POURPRE

Digitalis purpurea

Les digitales sont TRES TOXIQUES

 

 

 

Mangez des fleurs!

Les fleurs comestibles de A à B

Les fleurs comestibles de C à F

Les fleurs comestibles de G à L

Les fleurs comestibles de M à Re

Les fleurs comestibles de Ro à Y

Les fleurs toxiques de A à A

Les fleurs toxiques de E à T

Repost 0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 11:45

Mangez des fleurs!

Les fleurs comestibles de A à B

Les fleurs comestibles de C à F

Les fleurs comestibles de G à L

Les fleurs comestibles de M à Re

Les fleurs comestibles de Ro à Y

Les fleurs toxiques de A à A

Les fleurs toxiques de B à D



EUPHORBE

Euphorbia

 

 

FRITILLAIRE (œuf de pintade)

fritillaria meleagris

 

 

GENÊT À BALAI

Cytisus scoparius

 

 

GENÊT D'ESPAGNE

Spartium junceum

 

 

GIROFLÉE

Cheiranthus cheiri

 

 

GRANDE CIGUË

Conitum maculatum -

Toutes les Ciguë sont TRES TOXIQUES

 

HÉLIOTROPE

Heliotropium europaeum

 

 

HELLÉBORE NOIRE (Rose de Noël)

Helleborus niger

Toutes les hellebores sont TRES TOXIQUES

 

HOUX

Ilex aquifolium

 

 

IRIS

Iris pseudocarus

 

 

LAURIER ROSE

Nerium oleander

TRES TOXIQUE

 

LUPIN

Lupinus augustifolius

 

 

MOURON ROUGE

Anagallia arvensis

 

 

MUGUET

Convallaria majalis

FLEURS TRES TOXIQUES

 

NARCISSE OU JONQUILLE

 

Les bulbes et les tiges sont toxiques, les fleurs sont parfois consommées, mais il ne faut pas dépasser de faibles doses

 

NIVÉOLE

 

Leucojum vernum

 

PERCE-NEIGE

Galanthus nivalis

 

 

PIMENT FLEUR

 

Ne pas confondre fleur et légume

 

POMMES DE TERRE FLEURS

 

Ne pas confondre fleur et légume

 

RHODODENDRON

Rhododendron ferrugineum

 

 

 

SCEAU DE SALOMON ODORANT

Polygonatum odoratum

 

 

SUREAU YÈBLE OU PETIT SUREAU

Sambucus ebulus

Plante herbacée à ne pas confondre avec le sureau noir arbustif dont on consomme fleurs et baies !

 

 

 

 

 

TOMATE FLEURS

 

Ne pas confondre fleur et légume

 


 

 

Repost 0