Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Retour À L'accueil

  • : JARDIN Paysagiste Conception Création Entretien Élagage Bassin Clôtures Dallages Eure Eure-Loir Yvelines Saint-André-Eure
  • JARDIN Paysagiste Conception Création Entretien Élagage Bassin Clôtures Dallages Eure Eure-Loir Yvelines Saint-André-Eure
  • : Artisan paysagiste, Victor RIBEIRO, gérant de la SARL ACCES JARDINS, vous guide dans le projet de conception de votre espace vert par plans personnalisés, le réalise (configuration du terrain, plantations végétaux -massifs, arbres, arbustes, fleurs - allées - pavage, gravillons, dallages -, clôtures, murets, décoration extérieure), entretient votre jardin (tontes pelouses, élagage, taille, désherbage, bêchage) possibilité de contrats à l’année. Eure Eure-et Loir Yvelines.
  • Contact

Accès Jardins


9, route de la Croix-Blanche

27220 Serez
Tel bureau : 02 32 37 26 81
Tel portable : 06 28 05 06 68
Nous écrire
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 07:21
Repost 0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 07:59
En plus de ma méthode préconisée, d'autres existent.
Les unes utilisent de la pectine du commerce (méthode à laquelle j'adhère peu, mais il suffit de la remplacer par une pectine faite maison), d'autres pas de pectine du tout, ce qui me laisse un peu perplexe...

Je vous transmets néanmoins quelques liens:

Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Confitures
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 23:14
Les gelées de fleurs sont toujours préparées avec une base de jus de fruit gélifiant que vous aurez extrait.


Voici des quantités indicatives Il est possible de les augmenter en conservant les proportions. Attention toutefois au remplissage de la bassine. On peut aussi les diminuer, toujours en gardant les proportions. Par contre attention, plus la quantité est faible, plus le temps de cuisson est réduit.
  • 2 litres de jus de fruit extrait de manière à en récupérer la pectine
  • 1 litre d'eau de macération des fleurs
  • 2,5 kg de sucre cristallisé.
  • 5 citrons
  • Quelques gouttes d'essence de fleur (facultatif)
  • 120 g minimum environ de pétales de fleurs non traitées (toujours ôter les sépales –verts– et les tiges; il ne doit y avoir que les pétales, avec pistils et étamines pour les petites fleurs, sans pour les grosses).

Faites macérer les fleurs la veille dans l'eau et le jus des citrons (gardez-en un tiers de fraîches).
Préparez le jus de fruit qui servira de base, ou décongelez-le si vous avez suivi mes conseils de l’an passé.

Mélangez le sucre, le jus de fruit et le jus de macération dont vous aurez filtré les fleurs (celles-ci mises de côté) dans la bassine à confiture, portez à ébullition, écumez et faites cuire comme pour préparer une simple gelée de fruit.
Au moment d'atteindre le point de gélification, baissez le feu. Effectivement, la température doit avoir descendu de plusieurs degrés, sinon les fleurs seront grillées.
Le point de gélification correspond au « grand perlé », car quand on trempe l’écumoire et qu’on souffle ensuite dessus, des bulles se forment. Le sirop atteint à ce moment quelque 105 à 110 °.
Il faut le faire redescendre à une centaine de degrés, stade du «petit perlé », où l’on voit des bulles dans le sirop mais plus aucune ne se forme dans l’écumoire.
À ce moment, incorporez au sirop les pétales de fleur qui ont macéré et les fraîches que vous avez mises de côté. Laissez bouillir encore quelques minutes et retirez la bassine du feu. Ajoutez éventuellement quelques gouttes d'essence de fleur.
Filtrez et mettez en pots, ou, au choix, remplissez-les en répartissant régulièrement les pétales de fleurs.

Couvrez les pots d'un torchon (pour laisser la surface se raffermir à l'air) et fermez les pots le lendemain.


À gauche et à droite, de la gelée de lavande ;
le pot le plus haut, de la gelée de chèvrefeuille;
les deux petits pots, c’est de la cramaillotte


Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Confitures
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 16:53

La bourrache possède une saveur semblable au concombre. Les parties utilisées sont avant tout les jeunes feuilles et les fleurs.

Les feuilles s'ajoutent aux salades ou soupes. On peut aussi les consommer cuites à la façon des épinards (de préférence à la vapeur, car la cuisson à l'eau lui enlève de la saveur).
Les fleurs servent à parfumer les boissons. On peut aussi les faire confire. Elles décorent majestueusement les salades et desserts. (source)
Attention, les sépales – situées sous les pétales – ne sont pas comestibles. (Source)


Beurre de fleurs

Vinaigre à la bourrache

Pain de Bourrache

Soupe à la bourrache

Soupe à la bourrache

Soupe de lentilles à la Bourrache

Soupe à la bourrache et à la betterave

Soupe génoise

Soupe d'été au chou et aux herbes


Velouté de bourrache

Verre'in aux fleurs

Tartines de fleurs

Crevettes sur canapés

Salade de haricots de Soissons en chiffonnade de bourrache aux gambas

Salade de riz aux fleurs de bourrache

Tartare au citron complètement givré à la bourrache


Soupe de bourrache

Salade de lentilles aux graines et aux fleurs de bourrache

Asperges sauce du jardinier et fleurs de bourrache

Rouleaux de printemps aux crevettes et aux fleurs de bourrache


Tarte de ricotta et bourrache

Paupiettes de bourrache

Omelette de bourrache

Poissons à l'artichaut et la bourrache


Poitrine de palombe flambée et bourrache

Millefeuille de courgettes au pistou d'avocat et fleurs de bourrache

Risotto tout Vert et son Speck, Mousseline de Bourrache

Tourte aux herbes


Crème de Groseille Fleurie à la Bourrache

Pain courage

Céréales gourmandes aux fleurs d'été

Jus de bourrache "bleue"
et tiges de bourrache "blanche"


Liqueur de bourrache

Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 14:03

Concevoir un jardin, c'est prendre en compte son aménagement de façon objective, et être à l'écoute de son propriétaire.

Notre manière de travailler n'est pas d'imposer un style, un "copié-collé" répondant à nos propres idées ou habitudes.

Nous faisons, avec votre complicité, la synthèse de notre savoir-faire et de vos désirs.

Dans la mesure d'une faisabilité technique, tout est permis!

Que vous soyez réceptifs aux couleurs, aux formes, aux odeurs, que vous ayez une plante fétiche ou que vous vouliez mettre en valeur un banc, une statue  ou une jarre chiné en brocante, vous êtes le décideur.

 


Le choix des végétaux se fait en fonction de la nature du sol, de son exposition au soleil, de leur périodicité de floraison, de leur hauteur, de leur couleur, de leur odeur.

Le choix des éléments décoratifs se fait en fonction de la configuration du terrain, du style du jardin.

Acces jardins plans schemas 002

 

2terrasse014


Le paysagiste possède une "culture" de tout ce qui peut exister qui vous surprendra par sa variété, son originalité, sa richesse. Son carnet d'adresses de fournisseurs vous offre une palette très large dans le choix de ces éléments.


La conception comprend un plan et un devis détaillé.


Cascade sourdant du balcon sur rivière sèche

 

plan jardin terrasse acces jardins

Jardin japonais

016 accès jardins plan personnalisé2

Petit massif "japonisant"


Acces jardins plans schemas 014

Repost 0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 12:28
Le rôle de la pectine

Cette substance, contenue naturellement dans la plupart des fruits, mais surtout concentrée dans les pépins, la peau, et les fruits peu mûrs, permet la « prise » de confitures et gelées... C’est elle qui donnera de la « tenue » à vos gelées et confitures et leur évitera d’être trop liquides.

L’ajout abusif de sucre, préconisé ici et là, pour assurer cette tenue, est erroné.

Un grand nombre de fruits, et bien sûr les fleurs, ne contiennent pas de pectine. Ils ont besoin d’un ajout.

 

Et pourquoi acheter de la pectine du commerce, obtenue tout simplement à base de pommes, alors que vous pouvez la faire vous-mêmes ?

 

Elle se trouve dans : le blanc des peaux agrumes, les cassis, les coings, les framboises, les groseilles, les mûres, les myrtilles, les pépins d’agrumes, les pommes.

 

La pectine se retrouve principalement dans la peau et les pépins. C’est pourquoi je vous déconseille d’utiliser des fruits du commerce, dont la peau est fréquemment traitée, voire paraffinée.

Et toutes ces pommes, pour ne parler que d’elles, qui, par leur taille ou leur forme ou leur aspect, risquent de ne profiter qu’aux oiseaux, servez-vous-en !

 

Vous pouvez même, après avoir utilisé des pommes, pour une tarte ou autre, conserver la peau et les cœurs contenant les pépins, et faire votre source de pectine naturelle avec ceux-ci, en n’ayant pas gâché la pulpe.

 

Autre astuce : à chaque fois que vous utilisez un agrume quelconque, mettez les pépins dans un récipient à l’air libre. Ils ne pourriront pas mais se dessécheront tranquillement. À chaque fois que le besoin s’en fera sentir, vous cherchez partout ce que signifie le fameux mot « mousseline » trouvé dans tous les livres de recettes sur les confitures, puis vous prenez une compresse stérilisée, vous mettez vos pépins au milieu et la refermez avec une ficelle à rôti ; puis vous la jetez dans la bassine où cuit votre confiture ou votre gelée demandant ajout de pectine.


Comment faire sa pectine, un mode d'emploi vraiment très complet.


Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Confitures
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 18:46
Les terrasses en lames de bois exotique vous font rêver…
Il existe deux types de bois exotiques : celles dont on n’est pas certain qu’elles préservent l’environnement, et celles dont la provenance est garantie dans le sens où un arbre coupé égale un arbre replanté. Malheureusement, le coût de ces dernières est plus élevé que celui des premières.
Il existe une solution alternative et écologique : les lames en bois composite.
Fabriquées avec un savant mélange de copeaux de bois et de plastiques récupérés d’ordinateurs, elles offrent de nombreux avantages, dont l’imputrescibilité n’est pas des moindres, sans oublier la facilité d’entretien.
Les voici :
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Choix des végétaux et matériaux
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 13:42
Repost 0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 07:45
Si votre jardin d'ornement vous offrait des gourmandises?
Mangez des fleurs!

Au Moyen Âge, les roses tenaient une place importante sur les tables des rois.
Qui n'a pas mangé les fameuse violettes de Toulouse, givrées de sucre… sans oublier que la câpre est une fleur, et le safran, et… l'artichaut!
Et ce goût des fleurs revient dans une cuisine plus variée.
Aliment décoratif, la fleur fait fureur au fond d’une coupe de champagne ou au milieu d’un glaçon !

Vivaces ou annuelles, pourquoi ne pas tenter de goûter celles qui déjà ornent votre jardin, et, pourquoi pas, demander à votre paysagiste préféré de vous créer un massif, voire un jardin, comestible ?
Vous allierez plaisir des yeux, plaisir du nez et… plaisir des papilles!

ATTENTION:

Ne vous fiez ni à l'odeur ni au goût et n'utilisez que des espèces dont la comestibilité a été bien établie. Comme dans le cas des champignons, certaines font le délice des gastronomes, d'autres peuvent causer la mort ou de graves problèmes de santé. En cas de doute, il est préférable de s'abstenir.

AUTRE MISE EN GARDE:

Ne consommez jamais de fleurs achetées chez le fleuriste. Celles-ci ont été traitées. Et ne consommez celles de votre jardin que si elles n'ont reçu aucun produit de traitement.
De même, si vous les ramassez dans la nature, comme le pissenlit, récoltez-les loin de toutes sources de pollution humaine (automobiles, bords de champs traités aux pesticides ou au désherbant) ou animales (déjections).

RÉCOLTEZ:

La récolte s'effectue idéalement tôt le matin, par une journée chaude, une fois la rosée évaporée et avant que le soleil ne soit trop chaud, ou en début de soirée, juste avant le coucher du soleil. Un excès d'humidité peut décolorer la fleur et même causer une perte de saveur.
Secouez chaque fleur pour déloger les insectes cachés. Il est préférable d'enlever le pistil et les étamines des fleurs de bonne grosseur -comme les roses, les tulipes ou les hémérocalles- avant de les consommer.
Lavez les fleurs sous un fin jet d'eau ou dans une passoire délicatement immergée dans un grand bol d'eau. Égouttez et laissez sécher sur du papier absorbant. Elles vont conserver leur parfum et leur couleur pour autant qu'elles sèchent vite et ne sont pas exposées directement aux rayons du soleil. Avant d'utiliser les fleurs, coupez le pédoncule. Les pétales de quelques fleurs peuvent parfois avoir un goût amer; en les blanchissant une seconde dans de l'eau bouillante salée, leur amertume sera réduite, c'est le cas des fleurs de chrysanthèmes.
Comme les fines herbes, les fleurs doivent être ajoutées au plat à la dernière minute.
Les fleurs des plantes aromatiques, condimentaires, voire certaines médicinales, sont comestibles, avec parfois, un goût légèrement différent des feuilles : souvent plus marqué.

Cuisiner les fleurs

La cuisine des fleurs

On recense quelques 250 fleurs comestibles. En voici quelques unes.
Les noms de fleurs qui ont un lien vous mèneront à des recettes.

Nom français Nom latin  
ACACIA Acanthus
ACHILLÉE Achillea millefolium
AGASTACHE Agastache foeniculum
AIL Allium sativum
AMARANTE Amaranthus
ANETH Anethum graveolens
ANGELIQUE Angelica archangelica
ASPÉRULE –
GALIUM ODORANT -
REINE DES BOIS -
GAILLET ODORANT
Asperula odorata
ASTER Aster
AUBÉPINE Crataegus oxyacantha
BASILIC Ocymum basilicum
BÉGONIA Begonia
BLEUET Centaurea cyanus
BOURRACHE Borago officinalis
BRUYERE Erica (hiver)
Calluna (été)
CAMOMILLE Chamaemelum nobile
CAPUCINE Tropoeolum majus
CERFEUIL Anthriscus cerefolium
CHÈVREFEUILLE DES BOIS Lonicera periclymenum
CHRYSANTHEME Chrysanthemum
CIBOULETTE Allium Schoenoprasum
COQUELICOT Papaver rhoeas
CORIANDRE Coriandrum sativum
COURGE Cucurbita
COURGETTE Cucurbita Pepo
CYNORRHODON Rosa canina
DAHLIA Dahlia
FENOUIL Anethum foeniculum
FUCHSIA Fuchsia
GÉRANIUM Pelargonium
GLAÏEUL Gladiolus
GLYCINE Wistaria
GRIOTTE Prunus cerasus
HÉMÉROCALLE -
LIS D'UN JOUR
Hemerocallis
HIBISCUS Hibiscus
HOSTA Hosta
IMPATIENTE Impatiens
JACINTHE Hyacinthus
JASMIN Jasminum officinalis
LAVANDE Lavandula officinalis
LIERRE TERRESTRE Glechoma hederaceum
LILAS Syringa Vulgaris
LYS Lilium candidum
MAGNOLIA Magnolia
MARGUERITE Leucanthémum maximum
MARJOLAINE Majorana hortensis
MAUVE Malva moschata
MÉLISSE - CITRONNELLE Melissa officinalis
MENTHE Mentha
MILLEPERTUIS Hypericum perforatum
MIMOSA Acacia podalyriifolia
MONARDE Monarda
ŒILLET Dianthus
ŒILLET D’INDE - TAGÈTE Tagetes patula
ŒILLET DE POÈTE Dianthus barbatus
ORANGER Citrus aurantium
ORCHIDÉE Phalaenopsis
PÂQUERETTE Bellis perennis
PAVOT Papaver
PENSÉE Viola
PÉTUNIA Petunia
PHLOX PANICULÉ Phlox paniculata
PISSENLIT Taraxacum officinale
PIVOINE Paeonia
PLATYCODON Platycodon
PRIMEVERE Primula
REINE DES PRÉS Filipendula ulmaria
RENOUÉE DU JAPON Fallopia Japonica
ROMARIN Rosmarinus officinalis
ROSE Rosa
ROSE TRÉMIÈRE Althaea rosea
SAPIN Abies
SAUGE Salvia officinalis
SOUCI Calendula officinalis
SUREAU  Sambucus 
THYM Thymus vulgaris
TILLEUL Tilia
TOURNESOL Helianthus
TRÈFLE Trifolium
TULIPE Tulipa
TUSSILAGE Tussilago farfara
VIOLETTE Viola odorata
YUCCA Yucca

Repost 0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 07:59
Repost 0